Expérimenter ce qui est

Galerie

bouddhaNous sommes telle la fleur de lotus qui ne demande qu’à éclore ! Tel le bébé qui vient de naître et qui expérimente la vie à chaque instant !


Comme la fleur de lotus a besoin de vase, de soleil, d’eau pour grandir et éclore, l’Être a besoin de situations, de dualités pour EXPÉRIMENTER QUI IL EST ! Ces situations du quotidien vont lui donner l’opportunité de les transformer, ou pas, selon le sens qu’il donne à ce qu’il vit.

Comme le bébé qui vient de naître à besoin de chaleur, d’attention, d’amour, d’être nourri afin qu’il grandisse et vive, l’Être a besoin de se respecter et de s’aimer lui-même pour pouvoir s’élever.

Comme l’enfant qui apprend à marcher passe par des phases « je rampe, je marche, je trébuche, je tâtonne, je tombe… », est aidé par son papa et sa maman qui le relèvent, le soutiennent, l’accompagnent, l’encouragent… l’Être a besoin de prendre soin de lui, d’être à l’écoute de ce qu’il vit, de ce qu’il ressent, en se donnant beaucoup d’attention et de bienveillance, en s’écoutant au dedans.

L’enfant vit des expériences et apprend quand il trébuche ou tombe. Il en est de même pour tout Être qui apprend de ses expériences quand il tombe, et se relève, pour expérimenter à nouveau.

Plus nous choisissons et acceptons d’expérimenter ce qui s’offre à nous, plus nous avons la possibilité de choisir ce qui nous convient, et par là-même, de transformer ce qui ne nous convient pas.

 La vie est expérimentation !

Certes ! Vous allez me dire que certaines expériences sont très douloureuses et que vous ne savez pas toujours comment y faire face ? Bien sûr que certaines expériences sont douloureuses ! Bien sûr qu’il est difficile parfois de remonter la pente !

Et si la réponse était  :

« Apprenons à vivre le moment présent, quel qu’il soit,  ici et maintenant, avec qui nous sommes, ce que nous ressentons… autorisons-nous à être pleinement avec ce qui est là. 

Apprenons à voir ce que nous n’aimons pas !  c’est présent pour nous montrer et nous apprendre quelque chose sur nous !

Apprenons à aimer ce que nous avons, ce que nous sommes ! et vivons pleinement !

Apprenons à chercher à l’intérieur de nous, au lieu d’aller à l’extérieur ..

Cela vous étonne ? vous interpelle ?

Un exemple concret qui va vous parler, j’en suis sûre !

« ‘J’ai vécu une situation assez difficile avec une personne proche : des reproches, des mots plus violents les uns que les autres, du non-respect. Elle a fait quelque chose et en fait me le reprochait… bref, une situation du quotidien que tout le monde a vécu ou peut être amené à vivre. J’étais très en colère contre elle. Je lui en voulais vraiment ! C’était une situation que je n’avais pas vécue depuis très longtemps, je ne comprenais pas ce qui m’arrivait ! et ça prenait vraiment la tête !

Puis, à un moment donné, je me suis dis « ok, tu es en colère contre X !! hé bien, ok autorises-toi à la vivre pleinement ! »

Je me suis donc permis de ressentir mes émotions et de les vivre (comme si la personne était en face de moi). Et au bout d’un moment, je me suis aperçue que ces sentiments que j’avais contre X, en fait, je les avais contre moi! J’étais en colère contre moi de ne pas m’être écoutée dans certaines situations vécues avec X. Cette émotion contre X était une émotion que j’avais envers moi-même, à la hauteur de la non écoute envers moi ! »

« L’autre est mon propre reflet », il est  « mon miroir »

Qu’est-ce-que cela signifie ?

« Que ce que je crois de moi, ce que je pense de moi (par exemple, si je me dis que je ne suis pas à la hauteur, que je ne suis pas quelqu’un de bien, etc…) hé bien, je vais attirer une personne (ou plusieurs) qui va, par son comportement  ou sa manière de parler me faire vivre ce que j’explique plus haut. Si je ne me sens pas à la hauteur, par exemple, je peux attirer une personne qui va me rabaisser. Si je me prends pour une victime, je peux attirer un bourreau.. ainsi de suite. Et si, en plus, je réagis à ce que la personne dit ou fait, cela signifie que j’ai quelque chose à régler qui ne l’a pas été ; tout dépend  comment je le vis émotionnellement.

N’est-il pas étrange de nous voir défendre plus farouchement nos erreurs que nos valeurs. – auteur inconnu

Pour en revenir à mon histoire, ce que cette personne m’a renvoyé de moi, c’est donc la colère et le non respect que j’avais à mon égard (car à maintes reprises je ne m’étais pas écoutée, ni respectée). Ses propres émotions et ses reproches que je n’acceptais pas m’invitaient à aller voir mes propres émotions, sentiments !

« En m’étant autorisée à ressentir mes émotions et à les accepter, j’ai pu les transformer ! hé oui, c’est possible ! »

Parfois il faut du temps pour transformer ses émotions, c’est normal, mais ce qui est sûr c’est que le fait de les accepter est un pas vers la libération. Il m’a été nécessaire de les regarder en face, d’être avec moi-même, mon ressenti, l’acceptation de ce que je vivais.. être pleinement AVEC (et non rejeter ce que je vivais).

Chaque situation conflictuelle ou non acceptée, émotion refoulée… est présente pour nous montrer quelque chose nous concernant et qui n’est pas résolue.

L’important n’est pas ce que nous vivons, mais comment nous le vivons ! Et la manière dont nous allons le vivre va nous délivrer un message sur le chemin parcouru ou à parcourir.

La manière que nous avons de réagir (en réaction, en opposition, ou sans réaction) nous dit si un conflit a été résolu, selon comment nous réagissons justement.

Et chacun va le vivre différemment, selon son histoire familiale, ses expériences, ses croyances, son éducation, les limitations qu’il s’impose… nous n’attirons pas les mêmes situations car nous n’avons pas à apprendre ou à transformer les mêmes choses.

(cela dit je ne parle pas non plus de situations dramatiques, telles les guerres, conflits violents…. cela ne peut s’expliquer en quelques lignes).

Ne vous identifions pas à nos émotions, nous ne sommes pas nos émotions !
Elles sont juste là pour nous permettre d’apprendre quelque chose sur nous,
c’est notre corps qui parle au travers d’une émotion, d’un ressenti.

Vous vous sentez triste : ressentez votre tristesse profondément et acceptez l’état dans lequel vous êtes.

Vous êtes en colère : ressentez la colère profondément et acceptez l’état dans lequel elle vous met.

Vous n’y arrivez pas ? alors acceptez de ne pas y arriver, accepter que vous êtes dans l’incapacité de changer quoi que ce soit à votre état (pour l’instant…). Peut être que vous y arriverez un peu plus tard (ou pas).

Que l’on accepte ou pas une situation ne change pas la situation. Accepter peut justement transformer l’état dans lequel on se trouve. Et si une situation similaire arrive une autre fois, notre comportement va changer (selon la manière dont nous aurons géré la première).

Pour autant, nous sommes bien d’accord « je ne dis pas de faire du mal à l’autre », non !

je dis d’accepter l’émotion qui est présente ; cela permettra peut-être de voir ce que cela vient réveiller en vous ; quelque chose qui vient vous parler de vous et que « l’autre », par le biais de la situation, du « conflit » est venu vous montrer ».

De toute façon, même si vous n’avez pas d’info sur ce que cela vient vous révéler sur vous-mêmes, le fait d’accepter l’émotion qui vous traverse va la transformer, ça vous pouvez en être sûr(e).

Maintenant, ne me croyez pas sur parole, EXPÉRIMENTEZ !

Il n’y a que l’expérience qui apprend sur soi.. Et ceci est mon expérience.

A bientôt !

 

Les commentaires sont fermés.