A l’écoute du coeur

Galerie

Ma recherche intérieure…


14 ans sur Toulouse en recherche, mieux me connaître, à sentir, ressentir, apprendre, désapprendre.. à me former à des techniques, à vivre, à toucher le fond parfois, souvent, pour remonter toujours plus haut.

De longs moments de mal être, de doute, de désespérance qui surgissaient en moi. De grands moments de joies, de partages, d’intégration, de remises en questions, de compréhension…

Pourquoi être là, pourquoi chercher à comprendre ? À transformer ?

Qu’est ce que je cherchais à comprendre d’ailleurs ? À transformer ? Une recherche de moi, en moi. Une quête de savoir intérieur grandissait de plus en plus. Pas le savoirs théoriques, de livres.. non ! Une expérience profonde, de vie, moi avec moi, d’échanges de moi à moi ; de pratiques concrètes qui me permettaient d’aller voir ces pensées, ces doutes, ces moments d’auto-flagellation…

Oui je suis passée par des états de non vie, de non envie. Des moments où plus grand chose me rattachait à elle. Des moments où j’avais envie de partir, loin de ce que je vivais. Des moments de souffrance intense, d’isolement, de questionnements durant lesquels j’allais toujours plus profond et je lâchais de plus en plus en profondeur, pour vibrer qui j’étais de l’intérieur. Des moments de bonheur intense aussi !

Cependant, toujours en fond
ce sentiment de ne pas être à ma juste place..

De thérapeute en thérapeute, de rencontres en rencontres qui m’ont permis d’aller toujours plus vers moi, en moi. D’aller à la recherche de cet être que je ne connaissais pas tout à fait.. ou devrais-je dire pas du tout. Je me connaissais au travers des croyances de mes parents, de ma généalogie, leur éducation, leur vision de la vie, leurs peurs, leurs doutes, leur rigidité dans leur croyances.. Je leur sais gré de tout ce qu’ils m’ont appris, inculqués, car je sentais en moi ce besoin de m’en défaire, pour aller à la rencontre de moi-même.

14 ans sur Toulouse ; un sentiment de 14 ans de vie entre parenthèse, qui m’ont permis de me trouver, d’apprendre sur moi, d’apprendre à prendre soin de moi, de parfaire des techniques, des pratiques.. pour me dire que j’en avais fini avec cette ville. Ville rose, ensoleillée, ouverte et parfois distante, parfois superficielle ; qui ouvre les bras sans les fermer (dicton de Toulouse sur les toulousains qui dit qu’ils ouvrent les bras pour accueillir chacun et ne les referment pas).

Je remercie Toulouse et tous les toulousains que j’ai croisés (amis, relations durables ou d’un jour, les partages magnifiques, rencontres tout aussi sublimes lors de soirées), les situations plus ou moins difficiles de la vie, tensions… dans le cadre professionnel ou personnel ; pour tout ce que cela m’a apporté, tout ce que j’ai appris, vécu, engrangé, transformé… et tout ce que la vie ne m’a pas apportée.

Car au final, c’est grâce à ce que je n’ai pu trouver que j’ai vécu des questionnements aussi forts les uns que les autres. Questionnements qui m’ont, enfin, permis de me trouver et d’apporter les réponses à mes questions. Questions que je me posais depuis un moment sans pour autant avoir les réponses : de quoi j’avais envie ? Où avais-je envie de le vivre ? Avec qui avais-je envie de le vivre ? Qu’est-ce que Toulouse m’apporte aujourd’hui ?…

Et c’est en me posant ces questions, que l’évidence m’apparut.. plus rien pour moi sur Toulouse.. d’ailleurs tout se fermait au fur et à mesure de mes démarches.

Une évidence que j’ai ressentie dans mon corps, une jubilation extrême parcourait tout mon corps, m’envahissait et en parallèle une peur : la peur du changement ! 🙂

Cette jubilation qui m’a fait contacter que tout est encore à vivre, à voir, à expérimenter… sur Cherbourg. Dès que j’ai pris ma décision de partir, tout s’ouvrait de nouveau, tout était fluide, tout avait un sens et cette joie qui ne m’a pas quittée depuis. Cherbourg, ville où j’ai vécu 12 ans et que j’ai quittée pour Toulouse qui m’a permis de me chercher et me trouver, pour m’apprécier et m’aimer de l’intérieur ; me cultiver pour germer et rayonner qui je suis.

Un chapitre se termine sur Toulouse
et un nouveau commence avec Cherbourg…

Cette ville où je suis arrivée début mai, et dès le premier regard, un sentiment me submerge : ce sentiment d’être enfin à ma place. Une joie inextinguible d’être enfin dans la vie, l’envie, le sourire d’être… Un bonheur m’envahit.

Depuis que je suis arrivée, je démarche différentes structures, le cœur ouvert à tout ce qui est, à ce qui m’arrive, à ce qui s’ouvre, à ce qui ne peut se faire sans pour autant resté fermé… j’accueille sans préjugés, sans attendre quoi que ce soit, sans me dire que ce n’est pas possible… car tout est possible !! Et m’offrir ce cadeau de juste expérimenter la vie…

De belles rencontres de Cherbourgeois et Cherbourgeoises, avec des résultats positifs sur ce que nous pouvons nous apporter mutuellement… un échange de savoirs, de connaissances, de pratiques, de visions ! Tout est ouvert, tout s’ouvre et s’élargit devant moi… le chemin est là, juste devant ; juste un pas après l’autre… et oser expérimenter ce qui vient à moi en accueillant complètement et totalement tout ce qui est et qui je suis…et sortir de ma zone de confort qui m’étriquait, me renfermait sur moi-même et m’empêchait d’exploiter qui j’avais envie d’être…

Je ne sais pas ce que sera demain, pour autant, je laisse venir les synchronicités… car oui la vie m’amène vers ce à quoi j’aspire..
Accompagner le plus possible, le mieux possible,
ceux qui le souhaitent, vers le bien-être, un mieux-être…
vers soi-même !

Ce partage de mon expérience pour vous inviter à expérimenter la vie, ce qui vous anime, ce que vous aimez, et accueillir également ce que vous n’aimez pas, sans préjugés, sans le juger ni le rejeter. Allez vers vous-mêmes. Offrez vous ce bonheur d’aller vers ce à quoi vous aspirez. Écoutez-vous du dedans et laissez être, laissez faire les choses, qui viennent à vous… le cœur ouvert !

Ceci est mon expérience et vous avez votre libre-arbitre pour expérimenter ou non, et vivre VOTRE expérience !

Les commentaires sont fermés.