zone de confort

Galerie

Pouvoir, Vouloir, sortir de sa zone de confort ?

Nous avons tous des habitudes, des connaissances qui nous rassurent (amis, parents, collègues…) avec qui nous sommes plus ou moins bien ; avec lesquelles nous échangeons plus ou moins ; avec lesquelles nous sommes en interaction, en relation ; nous aimons certaines personnes et sommes bien avec elles ; nous aimons moins d’autres personnes, sommes beaucoup moins bien avec elles… et pourtant nous restons dans ce quotidien qui ne nous sied pas toujours et avons du mal à entrevoir autre chose. Nous avons tous vécu cela.

Nous avons peur de changer nos relations, peur de changer de travail, peur de ne plus avoir d’amis, peur de perdre une certaine notoriété, une certaine image de soi ; et du coup, nous pouvons rester dans une situation qui ne nous convient plus, parce que nous la connaissons bien ; pas de changement, pas de questionnement, pas de remise en question, pas de peurs qui pointent à l’horizon car les habitudes nous rassurent !

Que se passe-t-il en soi quand nous vivons cela ? Nous posons-nous la question pour savoir ce qui est bon pour soi ? Nous interrogeons nous sur nos propres envies, besoins ? Sur ce qui pourrait être différent et peut-être mieux pour soi ?

Souvent, non ! Et pourquoi ?

Par peur du changement justement ! Par peur de cet inconnu ! Cette « zone de confort » qui n’est pas toujours agréable, nous laisse dans nos habitudes, dans notre train-train quotidien qui nous envahit par des choses plus ou moins acceptables, plus ou moins agréables pour soi, et pour autant, nous ne faisons rien pour en changer, car en sortir effraie ; cela pose trop de questionnements sur ce que l’on ne connait pas, de doutes sur ce qui est possible de voir, de faire ; de doutes sur soi, sur nos capacités, notre confiance en soi, notre estime de soi…  Par conséquent, nous laissons ces habitudes nous « berner ». Aucune surprise ? aucune envie ? aucune joie ? Et nous trouvons toujours de bonnes excuses pour ne pas changer.

J’aime bien ce proverbe, il est très parlant et très vrai : « Qui veut faire quelque chose trouve un moyen. Qui ne veut rien faire trouve une excuse ».

Combien de fois, j’ai entendu dire (et j’ai pu dire certaines phrases aussi :-), « mieux vaut tenir que courir »… « je ne suis pas bien dans ce boulot, mais au moins j’ai un travail et une paye», « je m’ennuie, mais je ne risque pas de trouver un travail comme celui-là », « les collègues sont pas sympas, mais je m’en accommode.»… « je n’aime plus mon mari ou ma femme, mais si je pars je vais me retrouver seul(e)…

Et pourquoi cette croyance que ça va être difficile de changer ? De partir ? D’aller vers cet inconnu qui nous paralyse ? Parce que quand on est dans cette « zone de confort »… tout est prévisible, tout est connu, même si on n’est pas bien, ça rassure énormément ! On croit que tout est sous contrôle, on ne contrôle rien ! Ni personne ! Il y a quelque chose qui plaît dans ces habitudes, mais y-a-t-il épanouissement ? Y-a-t-il un bien être ?… le corps en pâti. Le corps et le moral… Et le changement fait peur ! La nouveauté ! « Je ne me vois pas changer de travail, refaire mes preuves ; vivre seul(e) car j’ai peur de me sentir isolé(e) »… et bien d’autres raisons…

Et comment oser sortir de cette zone de confort ? Comment aller vers l’inconnu ?
Comment s’épanouir dans l’inconnu ?

Prendre conscience de notre zone de confort,
vouloir en sortir (condition indispensable)
et oser faire un pas après l’autre… .

J’ai envie de changement et en même temps j’ai peur du changement (pour le cas où ce serait beaucoup moins bien que ce que je vis actuellement).

J’ai envie de changer de travail et en même temps j’ai peur de changer de travail. (pour le cas où ce nouveau travail serait beaucoup moins bien, et moins bien payé).

J’ai envie de faire de nouvelles rencontres et en même temps j’ai peur de faire de nouvelles rencontres. (apprendre à connaître de nouvelles personnes, apprendre à faire confiance…).

et bien d’autres exemples…

Quand on arrive un temps soit peu à se projeter dans le futur, on aperçoit souvent cela de manière négative car on reste persuadé que ce sera difficile et qu’on ne pourra pas y arriver, qu’on ne peut prétendre au bonheur… du coup on préfère rester en terrain connu. Surtout ne pas prendre de risques…

« Derrière toute peur se cache un désir » – Jacques Salomé

Je me souviens quand une de mes filles était adolescente, elle souhaitait sortir avec ses amies et je l’en empêchais par peur qu’il ne lui arrive quelque chose… donc je lui interdisais tout simplement toute sortie. Un soir, je suis allée à une conférence de Jacques Salomé. Conférence qui a été transformatrice par rapport à cette peur là pour ma fille. Jacques Salomé expliquait que dans une relation nous avons à prendre conscience de soi, de l’autre et de la relation entre l’autre et soi. Il matérialisait la relation avec un foulard que 2 personnes tenaient ; et chacune doit prendre soin de son côté du foulard et de la relation en elle-même (composantes : moi, l’autre et la relation). Il y a eu des exercices pratiques intéressants, et quand Il a dit cette phrase : « Derrière toute peur se cache un désir », j’ai compris que derrière ma peur pour ma fille il y avait également un désir. Désir pour elle, qu’elle s’amuse dans sa vie, qu’elle profite avec ses amies. Désir pour moi de la voir profiter de la vie également… La compréhension de cette phrase n’a pas été que intellectuelle !! il s’est passé quelque chose à l’intérieur de moi, qui m’a fait prendre conscience profondément de ma peur et de mon envie, pour ma fille.. et pour moi. Et savez-vous ce qu’il s’est passé quand je suis rentrée le soir ?

J’ai dis à ma fille : « je te laisse sortir avec tes amies, profiter avec elles ; la seule condition, est que tu me dises où tu vas et quand je te demande de rentrer à une certaine heure, que tu respectes ».

Ma fille n’a pas compris ce qui m’arrivait !! 🙂 je lui ai expliqué la conférence, la prise de conscience.. et elle a eu du mal à réaliser ce que je venais de l’autoriser à faire… et moi je n’en revenais pas non plus du résultat incroyable que cette simple phrase avait eu sur moi. Ceci dit, j’étais prête à sortir de cette zone de confort, sinon il n’y aurait eu aucun effet sur moi.

Voir ma peur était une chose ; ma zone de confort était dans le fait que ma fille ne sortait pas et une croyance qu’il ne pouvait rien lui arriver… J’avais l’impression de maîtriser la situation et les risques.. pas du tout bien évidemment. En me permettant de voir et de prendre conscience que j’avais peur qu’il lui arrive quelque chose et l’autoriser à sortir avec ses amies m’a fait sortir de cette zone de confort ; et également donner à ma fille la possibilité de sortir de sa propre zone de confort. La sienne était peut-être d’accepter tout ce que je disais sans me contredire ou sans essayer de me faire changer d’avis ! ou peut être que ça la rassurait que je lui interdise de sortir. Je ne sais pas ! ce que je sais, c’est que sortir de ma zone de confort m’a permis d’expérimenter d’autres possibles. De contacter la joie, ma propre joie et celle que j’ai partagée avec ma fille.

Que ce soit d’expérimenter de nouvelles relations, un nouveau travail, une nouvelle activité sociale, une nouvelle vision de la vie… cela permet d’ouvrir de nouveaux horizons, de nouvelles perceptions, de nouvelles perspectives et de se nourrir intérieurement.

Oser aller voir ses habitudes, ses envies de changements, prendre conscience de cette zone de confort qui n’est pas toujours la vie que l’on voudrait vivre et qui n’est pas toujours heureuse pour soi ; pour autant qui rassure… Oser se poser les bonnes questions ; oser se remettre en question ; oser faire un pas vers qui nous sommes vraiment, un pas vers ce à quoi nous aspirons, pour nous épanouir pleinement…

Et ce qui est magique dès que nous sortons de notre zone de confort,
c’est l’envie qui est présente d’expérimenter de nouvelles choses

Plus nous nous ouvrons, plus nous expérimentons d’autres situations et sortons de notre nouvelle zone de confort, plus de nouvelles situations viennent et nous permettent de nous épanouir. Et quand on expérimente, quand on sort de sa zone de confort, on trouve ça très facile ! Et on peut se dire : « ah si j’avais su, j’aurais fait ça plus tôt ! J’aurais fait ceci ! J’aurais dit cela !! »

Si je peux me permettre un conseil, ne regrettez pas de ne pas en être sorti(e) avant ! cela ne changera rien ! C’est le passé, et on ne peut changer le passé. Observez que vous avez eu des réticences, des résistances… et c’est ok ! 🙂 La prochaine fois vous ferez différemment, c’est sûr.

Et si vous n’êtes pas encore prêt(e) à sortir de votre zone de confort, c’est ok aussi ! observez ce qui est, ce que vous sentez, et voyez ce que vous gagnez à y rester… et ce, sans vous juger.

Et, regardez ce que vous perdez à y rester… Pensez à tout ce que vous pourriez explorer de nouveau pour vivre vos aspirations.

Peut être demain, oserez-vous expérimenter autre chose, en sortant de votre zone de confort… 🙂

Vous pouvez également lire cet autre article où je vous livre une autre expérience pour laquelle je suis de nouveau « sortie » de ma zone de confort.. 🙂 et j’en suis ravie!!!! ❤

Ceci est mon expérience et vous avez votre libre-arbitre pour expérimenter ou non, et vivre VOTRE expérience !

Les commentaires sont fermés.