Quand exprimer son émotion aide à transformer son état

Galerie

Atelier école – nouvelle séance, nouveau groupe

J’ai rencontré de nouveaux enfants pour un autre module de 3 séances, jeudi 7.12.

Nous faisons connaissance, je leur explique ce que nous allons faire durant ces 3 séances : gestion du stress, jeux coopératifs dans un cadre bienveillant et respectueux.

Je commence par prendre un moment pour leur détailler les différentes émotions que l’on peut vivre, avec dessins à l’appui (émoticônes) . Puis je propose un moment pour respirer lentement et profondément. Je leur montre par l’exemple. Chacun prend le temps de ressentir son corps et pose un mot sur l’état dans lequel il se trouve. Puis chacun va choisir l’émoticône correspondant à son état émotionnel.

Chacun, tour à tour, définit son ressenti / émotion et je prends quelques instants pour affiner quand c’est présent et qu’ils en ressentent le besoin.

Puis c’est au tour d’un enfant qui choisit l’émoticône de la colère et dit « je suis vraiment très en colère ». (la colère se voit bien sur son visage et se ressent bien également).

«  tu es en colère, je vois ça ! Peux tu m’en dire plus stp ? »

Il me répond de suite : « oui, car « untel » n’arrête pas de me suivre dès que je fais quelque chose et ça m’énerve. Il me suit tout le temps ; je ne peux rien faire sans qu’il me suive ».

Je prends quelques instants qu’il développe ce qu’il vit, poser des mots sur son vécu, sur la situation qui a généré cette émotion de colère.

Une fois qu’il a fini de s’exprimer , je lui demande « sais tu de quoi tu aurais besoin pour transformer cette colère » ?

« oui, qu’il arrête de me suivre »

« ok, peux tu lui demander de manière bienveillante, ce que tu ressens et ce dont tu aurais besoin ? »

« oui »

A sera l’enfant qui était en colère et B l’enfant qui le suivait.

Avant cela, je dis à A que, d’abord, je souhaite voir avec B comment il se sent avec ce qu’il vient d’entendre.

B sait très bien pourquoi il suit A. Il le pose de manière simple, presque gêné. J’affine avec lui ce qui le gêne… je reformule, je pose des mots sur son état émotionnel, il acquiesce. Puis je lui demande s’il est ok pour entendre la demande et le besoin de A ? il me répond oui.

ok, un dialogue entre A et B s’installe, A pour poser sa demande et ses besoins et B reçoit, écoute le besoin de A.

Je surveille, attentive à ce que chacun puisse s’exprimer ; ils arrivent à se mettre d’accord. Tout se pose facilement, et gentiment.

Lorsque leur dialogue se termine, je demande à A :

Comment te sens-tu maintenant ? Est ce que ton émotion de colère est toujours présente ou s’est elle transformée ?

Il me sourit et me dit qu’elle s’est transformée. Je lui demande comment ll se sent, et il va de suite vers un émoticône qui sourit 🙂 ouahouuuu !! génial, transformation fulgurante !!

et je demande à B comment il se sent ? Il me dit que le fait d’avoir parlé avec A et d’avoir été entendu lui a fait du bien ; et il a choisit un émoticône qui sourit également 🙂

Ce moment entre A et B a duré 5 minutes pas plus, et en 5 minutes, la magie a opéré !

Durant la séance, A est allé de lui-même vers B. Pour A et B, la transformation a été très positive, car pendant cette heure passée ensemble, j’ai vraiment senti que A avait un poids en moins et que du coup, il pouvait accepter et intégrer B avec lui, dans les jeux proposés.

Parler de ses émotions est facile pour certains et quand je vois comment ces deux enfants ont transformé une émotion (de colère pour l’un et une gêne pour le second) en joie, je trouve ça grandiose !! Pour d’autres, c’était moins facile, voire difficile ; ceci dit ce n’était que la 1ère séance !:-)

Rendez-vous à jeudi prochain !

Les explications que je donne aux enfants, lors des ateliers, sont beaucoup plus détaillées bien sûr,  que ce que je vous décris ici , afin que les enfants intègrent au mieux la séance

Les commentaires sont fermés.