Apprendre de ce qui se vit en soi

Galerie

Souvent, les personnes qui viennent en consultation me demandent : «Combien de temps faut-il pour aller bien, pour vivre mieux?»

Vaste question, vaste débat… Cela dépend de paramètres intérieurs : Quelles problématiques la personne rencontre-t-elle ?, Comment se sent-elle dans sa vie ? Quelles sont ses limitations, ses croyances ? « Que croit-elle être capable de faire ou non. Arrive-t’elle à accueillir ce qu’elle vit ?
A prendre les rênes de sa vie ?, A choisir en conscience ce qui lui convient et à dire non à ce qui ne lui convient pas ?… S
e focalise-t-elle sur ce qui ne lui convient pas ? Ou se focalise-t-elle sur ce à quoi elle aspire? …. Quelques questions pour vous interpeller et vous aiguiller.

Je vous propose des pratiques et questionnements qui vous permettrons de vous regarder de l’intérieur, sans compromis et avec bienveillance, afin de prendre conscience de ce qui est présent pour vous, en vous.

La 1ère pratique : Soyez attentif à vos pensées, vous n’êtes pas vos pensées !

Souvent, nous laissons le mental nous paralyser, nous happer, nous contrôler. Nous croyons ce que nous pensons. Par exemple, on discute avec quelqu’un, et on n’est pas d’accord, on se chamaille, chacun veut avoir raison, la situation devient électrique.. Puis, chacun part de son côté et après coup, on repense à cette situation et on la tourne en boucle dans sa tête… On la revisite et on se dit « ah si j’avais su j’aurais dû lui dire ça, et puis j’aurais pu lui répondre telle chose, et puis je n’aurais pas dû me laisser faire etc… ». On cogite, on repense, on rumine et on n’en finit plus de ressasser, ce qui peut générer stress, angoisse, et « l’autre » devient le problème… Vous avez déjà vécu cela non ? 🙂

Cela ne sert à rien le « si j’avais su ».. C’est fait, c’est passé. Alors quand vous voyez que vous partez en boucle dans votre mental, stoppez net vos pensées, car elles sont nuisibles, tant pour le corps, le mental, que pour l’émotionnel.

Puis focalisez-vous sur vos perceptions, sur vos 5 sens. Qu’est ce que vous ressentez dans votre corps ? Qu’est ce que vous voyez ? Qu’est ce que vous sentez ? Respiration, chaud, froid… etc.. revenez à vos 5 sens… Focalisez-vous sur le moment présent, c’est là que tout est juste, vrai. Si vous êtes toujours dans votre mental, prenez conscience de vos pensées et posez vous la question suivante, plusieurs fois de suite : « quelle est ma prochaine pensée ? », et vous verrez ce qu’il se passe 🙂 . Et si ce moment présent ne vous convient pas, faîtes ce qu’il faut pour le changer. Adaptez-le à vos besoins du moment.

2ème pratique : Soyez à l’écoute de votre émotionnel, quand il est présent.

L’émotion est là pour parler de soi. Elle est là pour dire qu’il y a quelque chose qui va bien, ou pas.

Par exemple, la tristesse qui vient vous parler d’une perte ou d’un manque.

La peur, c’est un danger réel ou non.

La colère qui vient d’une situation pour laquelle vous ne vous respectez pas….

La joie : on la vit pleinement, on la ressent, alors pourquoi pour les autres émotions, préférez-vous les rejeter ? Bien sûr que ce n’est pas agréable d’être triste ou d’être en colère… mais cette émotion vient parler de VOUS !!

Plus vous allez accueillir vos émotions, plus vous affinerez vos sensations et votre perception de ce que vous vivez, sur comment vous le vivez et plus elles se transformeront d’elles-mêmes, sans que vous ayez à contrôler quoi que ce soit ; Plus votre « réponse » face à une situation sera adaptée par rapport à ce que vous vivez, et non en réaction à votre émotion.

A force de pratique ce sera de plus en plus facile. Un pas après l’autre, sans vouloir à tout prix contrôler, transformer, changer l’émotion. Si vous souhaitez enlever/rejeter/ne pas ressentir une émotion, elle reviendra, de plus en plus forte, jusqu’à ce que vous écoutiez votre corps.

3ème pratique : Comment vivez-vous la situation du dedans ?

Quoi qu’il se passe dans une situation, c’est la manière dont vous vivez la chose qui parle de vous. Nous pouvons attirer tous la même situation, mais la manière de la vivre, de la ressentir sera différente pour chacun, selon son vécu, son éducation, selon le milieu d’où il vient etc… Et la manière dont vous vivez la situation parle de vous.

Par exemple : vous êtes avec des amis, et il y en a un qui n’est pas content parce que vous parlez trop fort à son goût, il se met en colère.. et selon la manière dont vous répondez à cette colère, vient parler de vous. Vous pouvez vous sentir rejeter, incompris, lui reprocher d’être intolérant etc… ou vous pouvez ne pas avoir de réaction, car cela ne vous touche pas 🙂

Quand vous êtes touché par la réaction de l’autre, allez voir ce qu’il se passe à l’intérieur. Cela vous permettra de ressentir et de voir la blessure que « l’autre » a réveillée dans cette situation. « L’autre » n’est pas le problème. Puis accueillez cette blessure qu’il a réveillée. Et plus vous allez accueillir ce que vous vivez, plus cela va s’apaiser en vous. Cette pratique est en lien avec la 2ème pratique 🙂 les émotions.

4ème pratique : Faites-vous souvent des reproches ?

Quand vous vivez quelque chose, par exemple : Vous reprochez à l’autre de ne pas vous écouter, de ne pas vous respecter… Cela veut dire qu’il y a une part en vous que VOUS n’écoutez pas, que VOUS ne respectez pas… Tout ce que je reproche à l’autre, je peux me mettre en introspection et voir ce que ça vient dire sur moi. C’est ce que l’on appelle « l’effet miroir ». L’autre reflète une partie de moi.

Parfois vous n’arriverez peut être pas à définir l’émotion ou la blessure, mais plus vous prendrez du temps à ressentir, à voir que l’autre n’est pas le problème, que c’est la situation que vous avez vécue qui vient réveiller une blessure, plus vous arriverez à toucher du doigt ce que vous vivez.


Vous allez peut-être dire que c’est bien beau, mais l’autre là-dedans, qu’est-ce qu’il fait ?
Pourquoi il ne se remettrait pas en question, lui ? Pourquoi serait-ce à VOUS de faire le « travail » ?
Là est toute la question !! Beaucoup se posent cette question et du coup ne font rien pour changer parce que l’autre ne veut pas changer… On ne peut obliger l’autre, quel qu’il soit, à entendre, à voir, à comprendre, à se mettre à notre place s’il n’en a pas envie, ou tout simplement s’il n’en a pas conscience, s’il ne s’en rend pas compte, s’il ne se pose pas de questions… !

Par contre, si VOUS, Vous avez envie de mieux vivre dans votre quotidien, c’est à VOUS à faire les pas vers ce changement. Et vous savez quoi ? La bonne nouvelle, c’est qu’en vous changeant vous-même, dans vos perceptions, dans ce que vous vivez dans votre réalité, il y a de grandes chances que vous attiriez d’autres situations, d’autres personnes. Et, vous ne serez plus en réaction par rapport à ce que vous vivrez, vous prendrez plus de distance, vous prendrez moins les choses pour vous, contre vous, et elles viendront moins vous toucher émotionnellement 🙂

Cela ne se fait pas du jour au lendemain, cela se fait par la pratique, régulière, l’introspection, l’expérimentation, le questionnement sur « comment je vis telle situation », « que se passe-t-il en moi ? » « comment je me sens »… Cela se fait avec de la patience, de la bienveillance, et quand on n’y arrive pas ? On recommence, on accueille, et on recommence 🙂 Et si besoin faites vous accompagner, il y a beaucoup de pratiques efficaces et parfois, avoir un regard extérieur aide bien.

« Soyons le changement que nous voulons voir dans le monde » Gandhi

 Le changement ne peut venir que de l’intérieur de Soi, et de chacun d’entre nous, si chacun en a envie et y met du sien bien sûr ! Et si chacun voit l’autre comme une opportunité à apprendre sur soi, et non comme un problème à régler. Plus nous nous allègerons de notre passé, mieux nous arriverons à vivre ensemble.

« Si chaque enfant de 8 ans apprenait à méditer,
nous éliminerions la violence dans le monde en seulement une génération ». – Dalaï Lama

Récapitulatif :

1) Ecoutez votre mental, et stoppez le. Vous n’êtes pas vos pensées, revenez sur vos 5 sens Posez vous la question suivante, plusieurs fois de suite « quelle est ma prochaine pensée ? »

2) Ecoutez vos émotions dans les situations du quotidien, elles parlent de vous.

3) Soyez attentif à la manière dont vous vivez les choses, elles réveillent une blessure en vous. (Cette pratique est en lien avec la 2ème pratique sur les émotions)

4) L’autre est votre reflet miroir, ce que vous lui reprochez, ce que vous projetez sur lui, vous pouvez vous le dire pour vous-même (de vous à vous).

 

❤ Bonne expérimentation, avec douceur et bienveillance pour vous-même et autrui, quand vous y arrivez. Et quand vous n’y arrivez pas, réessayez encore et encore, jusqu’à ce que cela soit un automatisme. Faîtes vous confiance ❤ vous en êtes capable !!

Les commentaires sont fermés.